Historique

En 2006, Michel-Maxime Legault et Marie-Claude Giroux fondent le Théâtre de la Marée Haute et produisent leur tout premier spectacle, Kvetch, qui reçoit un excellent accueil.  Ils créent un second spectacle,  Rhapsodie-Béton.  Ce spectacle élève la compagnie au rang des jeunes compagnies à surveiller (Voir, 2007).  En 2008, le spectacle Top Dogs fait salle comble en plus de recevoir plusieurs nominations aux Gala des Cochons d’Or. En 2010, l’équipe s’investit dans sa toute première création québécoise : Kick. Ce texte inédit d’Étienne Lepage est présenté sur la scène du Théâtre Aux Écuries. À ce moment, la compagnie précise sa démarche et priorise la création. En 2012, le projet Réflexions (série de 4 spectacles) amène l’équipe à explorer différentes formes scéniques en créant des performances théâtrales dans des lieux non traditionnels.

En 2015, Michel-Maxime Legault, directeur artistique et metteur en scène, débute une résidence de deux ans au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (2015-2017). Ce que nous avons fait, le premier projet de cette résidence, lui permettra d’approfondir sa démarche à créer en duo avec l’auteur Pascal Brullemans. Ce que nous avons fait remporte le prix Michel-Tremblay.  Le deuxième projet de la résidence, Irène sur Mars sera coproduit avec les Productions À tour de rôle. Un projet plus populaire qui attire un public varié et de toutes les générations tant à Carleton-sur-Mer qu’au CTD’A. Irène sur mars a parcouru le Québec avec une quarantaine de représentations en tournée. Parallèlement à la résidence au CTD’A, une adaptation des textes du romancier Jean-Paul Dubois, Parfois, la nuit, je ris tout seul, présentée en laboratoire à Montréal et à Québec en 2013, voit le jour au Théâtre Premier Acte et au Théâtre de Quat’Sous en 2016 et en 2017. Ce déambulatoire intégrant un public curieux sur tous les étages du théâtre s’attire des critiques dithyrambiques.

Enfin, cette année la compagnie est fière de célébrer le 10e anniversaire de sa fondation. Elle prépare deux spectacles d’envergure. Ces spectacles closent la fin d’un cycle important et seront le post-mortem de 10 ans de production. Ce qui influencera complètement les prochains dix ans de création de cette marée qui ne cesse de monter.